close× Call Us Iraclis Spyrou : +32 476 51 16 01Pierre Ghysens : +32 475 46 91 96

12 - Stéphane Vedeau, quand le rêve rejoint la réalité...

la précision diabolique d'un vigneron qui sait ce qu'il veut...

Un rêveur, oui

Un artiste, c’est clair

Un maniaque, dans son boulot c’est sûr

Un angoissé, ça ne fait pas l’ombre d’un doute

Un homme de passions, vous en doutiez ?

Une exigence impitoyable, envers lui-même c’est évident…

Un solitaire, oui mais très bien entouré…

La passion le ronge, l’exigence l’épuise, la recherche d’une certaine perfection est son crédo.

Je vous présente Stéphane Vedeau, le vigneron de l’impossible…

 

Le but n’est pas ici de vous servir une biographie complète, juste vous raconter un homme est ses vins. Passons sur les expériences multiples, les errances et les certitudes, les découvertes et les rencontres, et découvrons le maintenant. Si l’histoire doit forger une légende, un autre s’en chargera.

Découvert par hasard grâce à une amie active dans le secteur du vin alors que nous étions à la recherche d’un Vacqueyras, nous sommes entrés chez Stéphane par une porte dérobée : un verre a suffi. Pour qui aime le vin, c’était « la promesse de l’aube ». 

Alors lorsque j’ai appris qu’il venait d’acheter à Valréas, mon sang n’a fait qu’un tour… Le plus beau terroir du sud du Rhône avait trouvé son preux chevalier, le successeur d’un « petit » grand homme…
C'est sur les terres qui ont façonné mon attachement aux vins du sud de la vallée du Rhône que nous avons ce lundi 29 mai 2017 rendez-vous avec un vigneron qui a provoqué en moi un choc  tel que je n’en avais plus ressenti depuis longtemps, très longtemps… En fait depuis que j’avais rencontré en 1988 le vigneron aujourd’hui décédé et qui allait définitivement devenir mon père spirituel dans le monde du vin. J’y pense encore avec une émotion contenue, celle qui me remue les tripes cet après-midi, alors que nous sommes en route vers Valréas.

Coïncidence ?
C’est à Valréas que Stéphane Vedeau a acheté le Clos Bellane… et c’est là que vivait René Sinard, au domaine des Grands Devers.

Coïncidence ?
Les deux hommes, qui ne se sont pas connus, ont toujours partagé les mêmes qualités d’humilité, de gentillesse, d’humanité, d’accueil, mais aussi d’exigence et de passion dans le travail.

Coïncidence ?
Ils font ou ont fait, chacun à leur manière, avec leurs savoirs respectifs, leurs intuitions fulgurantes et leur respect du terroir et des vignes, les vins les plus accomplis et les plus élégants du Rhône Sud.

Coïncidence ?
Tous deux ont cherché et trouvé dans ce splendide terroir la force et  les ingrédients qui nourrissent  leurs vins et les conduisent naturellement à un épanouissement et une garde inégalée dans la région.

Coïncidence ? 
Les Valréas jeunes de Stéphane me rappellent immanquablement les Valréas jeunes de René. Pour les vieux, j’espère avoir le plaisir de déguster des Valréas de 20 ans de Stéphane qui continueront cette lignée… pour le plus grand bonheur des amoureux du grand vin. Bien sûr les techniques et les moyens mis en œuvre maintenant ne sont pas les mêmes qu’au milieu des années quatre-vingt. Trois décennies d’améliorations techniques, pour le meilleur (et parfois le pire…) sont passées par là. Mais la filiation est présente… le miracle du terroir parlera toujours.

Laissons la parole à Stéphane : 

"Je crois que la quête est sans fin... On a à peine l’impression d’avoir approché une forme de « perfection » dans l’aboutissement d’un jus que dans les secondes qui suivent cette possible prise de conscience, on observe le chemin qui reste à parcourir pour l’atteindre réellement, mais avec des jumelles que l’on aurait retournées….

 

Dans la théorie on pourrait dire que les équilibres en bouche du début à la fin, dans les extraits et la fraîcheur, devraient atteindre un niveau de précision tel que l’on ne saurait différencier les séquences qui s’enchainent au palais ni réussir à identifier la moindre saccade dans le mariage des forces qui composent un très grand vin. Aromatiquement et à commencer par le nez, la représentation des plus beaux fruits sauvages, fleurs et épices qui vivent en harmonie dans le biotope des vignes concernées en communion avec l’expression minérale du terroir se répète dans une sorte de symphonie dont les mouvements ne sont jamais exactement les mêmes. Cela serait probablement le début d’une forme de graal…

Dans la réalité, quel passionné a vraiment envie d’avoir une linéarité réellement parfaite du début à la fin dans une bouteille ? Qui a vraiment envie d’avoir le petit génie absolu dans sa famille ? Qui veut être marié avec un conjoint absolument parfait ?

 

La vin parfait c’est sans doute le vin dont on ressent des émotions puissantes sur une personnalité générale complexe, où les moments de magie gustative et olfactive peuvent être étonnament encensés par des petits défauts mineurs qui sont justement là pour permettre cette montée « Alto » (en musique), quelques moments de grâce en équilibre… et un final qui ressemble à une toile de maître imprimée sur nos muqueuses .

Il existe beaucoup de vins parfaits (si on veut vraiment de ce concept).

Pour les vivre il faut avoir les très bonnes bouteilles dans sa cave, les ouvrir avec les bonnes personnes, dans le bon lieu et… au bon moment de sa vie et de ses sens "



La conclusion que personnellement j’en tire, c’est que les vins du Clos Bellane sont parmi les plus grands vins du Sud. Les journalistes qui n’ont jamais rien compris aux vins du domaine des « Grands Devers » répéteront-t-ils cette erreur ? …Ne les imitez pas 😊

 

Les vins de la Ferme du Mont ne sont pas en reste au niveau de leur élaboration et de la philosophie qui sous-tend leur naissance. Les terroirs et la climatologie ne sont juste pas les mêmes.

 

Valréas restera toujours le plus grand dans mon cœur…mais c’est là une affaire de passion…et d‘un sentiment d’injustice pour ce terroir incompris.


Texte Odoo et bloc d'image
Texte Odoo et bloc d'image